Jardinage 2016 « vision Permaculture »

Surface cultivée : maximum 80m2
Pesée & estimation des récoltes :
  • 7 Salades,
  • 4 kg Haricots Verts,
  • environ 8 Courgettes (5 pieds),
  • 6 kg de Tomates (variées),
  • +de 30 kg de Pastèques (4 pieds, 8 fruits récoltés),
  • une quinzaine de Concombres (5 pieds),
  • env.500 g de Radis,
  • 4 Melons (petits mais savoureux),
  • +de 3 kg de Noisettes,
  • env.4 kg de Figues,
  • 200 g de Groseilles,
  • 100 g de Framboises (pied planté début d’été)…

Mesures & investissements de l’année :
Vers de terre récupérés à l’extérieur puis déposés au pied des arbres fruitiers et dans le composteur.
Emprunt d’un broyeur à bois et ramassage massif de branches (bords de fleuve, voisinage, tailles de notre laurier, figuier et noisetier…).
12€ de fleurs mellifères (achetées en pot puis repiquées) disposées entre les plants de courgettes.
Une Grelinette à 90€ (merci les chèques-cadeaux de Noël!).
Achat d’une trentaine de bottes de paille de blé : 60€.
Un citronnier à 35€ et un framboisier à environ 10€.
Récupération gratuite (par LeBonCoin) de 2m3 de terre argileuse (à tamiser car pleine de gravats…)
Location d’un marteau-piqueur portatif pour une journée : 30€.

TOTAL ANNUEL : 237€
Les graines/semences ayant été achetées au fil des mois depuis 2015 n’ont pas été comptabilisées dans l’investissement. D’autant plus qu’on nous les a offertes pour la plupart, notamment par Patricia (famille)…

15259532_10155830810309466_4895435791614752947_o
Désormais, préparation à la main de la surface à cultiver! (et en calebute…) Dans tous les cas, c’est moins fastidieux que de labourer!
15252509_10155830820589466_5242475862936589498_o
Utilisation de ‘broyat’ pour couvrir et nourrir le sol. Ici, l’épaisseur et la largeur sont insuffisantes, mais l’utilité immédiate était surtout de freiner la repousse de l’herbe…
15272152_10155831991869466_8993075088051376419_o
Les salades courant juillet : nous avons mangé en moyenne 3 fois par plant, en ne récoltant que les grosses feuilles à la base. Les salades ont continué à grossir tout l’été. Il s’agissait d’une variété F1 vendue dans le commerce…
15259634_10155831958634466_4308459865944748628_o
9 poireaux au mois d’août, repiqués quelques semaines auparavant, quasiment sous notre noisetier. Il s’agit du « Bleu d’Hiver » de chez Kokopelli.
15259633_10155832209939466_1217070590864394134_o
Les mêmes, en décembre. Leur croissance a ralenti. Nous allons en laisser quelques-uns jusqu’au printemps, pour voir la tournure qu’ils vont prendre…
15235818_10155832050824466_1750255620556683300_o
Beaucoup de difficultés à obtenir des melons (pas suffisamment taillés dès le départ). Mais nous avons tout de même pu en déguster quelques uns. Graines en provenance de fruits achetés chez Biocoop
15304186_10155831965179466_855751958093469531_o
L’unique pied de « melon d’eau ». Résultat infructueux, le seul fruit qui a poussé était ridiculement petit et a ramolli avant de bien mûrir…
15288687_10155830955249466_5567727230117099307_o
Mini-champ de pastèque avec la méthode « plastique chauffant pour sol ». Résultat concluant.
15304408_10155831979314466_9058580969681674336_o
Courant juillet, première pastèque cueillie sous l’insistance de madame. L’une des plus petites.
15235851_10155831981844466_7772513559066186180_o
Ha ben c’est balot ! Elle n’est pas mûre!! « J’en étais sûr, j’te l’avais dit! ». Elle a fini en confiture, relativement fadasse… (La pastèque, pas la madame!)
15241379_10155832092264466_8433939502631516551_n
Sur les 8 pastèques consommables (10 ont poussé au total), nous en avons mangé 4 et le reste en confiture pour l’hiver : 11 pots au total (en comptant celle à la « pastèque pas mûre »^^). Deux recettes : Pastèque-Noix, et Pastèque-Orange-Vanille. Un régal pour tout l’hiver!
15326219_10155832087839466_8247509364978474709_o
Ma préférée : Pastèque-orange-vanille ! (+cannelle)
15325177_10155832151949466_7593549093482188710_o
Plants de tomates variées (Kokopelli). Aucun arrachage de gourmand cette année 2016, utilisation très légère de sulfate de cuivre, aucune maladie déclarée. Les plants n’ont pas eu besoin d’être taillés puisque leur hauteur s’est modérée d’elle-même. Ici le début de fructification tardive au mois d’Août.
15272229_10155832164154466_5261780176440278906_o
Juillet-août, apparition des premières courgettes « entières ». Un manque de pollinisation efficace rendait les premières atrophiées. Graines Kokopelli. Nous avons planté quelques fleurs mellifères aux alentours pour attirer les pollinisateurs…
15252509_10155832170449466_5410157806980904247_o
Par contre, pour les Concombres (Kokopelli), aucun souci, les plants ont été relativement généreux.
15326060_10155832175579466_6652129494869370203_o
Radis de « Villaverde » (F1 probablement) plantés en jardinières. Nous n’envisagions pas d’en cultiver au départ, du coup, plantation « rock’n’roll »…
15272191_10155832107854466_7999170966290771134_o
Framboisier « Mailing Promise » planté courant juillet, à mi-ombre.
15252754_10155832111989466_7770980076992538770_o
Courant août, les premières framboises sont apparues. La dégustation a pu commencé en pleine saison… 🙂
15259598_10155832253954466_5033114730108918791_o
Le même, en décembre. Me reste plus qu’à le bouturer pour avoir un ‘méga-framboisier’ l’année prochaine! :p

Nos arbres fruitiers en 2016

Le(s) Noisetier(s) étaient déjà présents quand nous avons acheté la maison fin 2007. Ils étaient au nombre de 3, nous en avons gardé un seul. Autrement, ils faisaient trop d’ombre sur le terrain (exposition Nord-Sud):

img_0724
Le terrain en janvier 2008 : le 3ème noisetier (non visible ici) est tout à gauche contre la clôture du voisin…

On peut constater sur la photo ci-dessus la présence à l’époque de magnifiques conifères en arrière-plan, derrière notre garage&dépendance. Depuis ils ont été coupés par l’administration ou le voisinage (en 2010 il me semble), alors qu’ils nous servaient de coupe-vent et de cache vis-à-vis… (que l’on peut constater sur la dernière photo de cet article). Un nouveau Noisetier pousse désormais derrière le garage et la dépendance est surplombée par des énormes plants de Lière…

15288722_10155830998414466_7913897488343906886_o
À la place du noisetier du milieu, un rosier s’est installé tout seul dans la souche en décomposition et se porte à merveille!

Un Pommier, acquit en Août 2015, s’installe doucement mais sûrement. J’ai perdu l’étiquette, je ne sais plus de quelle variété il s’agit (pommes rouges, probablement Jonagold ou Cameo, à confirmer), mais il était en « promo » chez Villaverde, à 10€, il nous a prit par les sentiments avec sa petite « pomme-vitrine »en suspend, on l’a adopté. Notre fille à dévoré la pomme à peine sortis de la caisse… 😮

15259688_10155832187374466_8108034375405976632_o
Vivement une fructification!

Le Figuier, qui a poussé de lui-même et nous offre de très belles figues généreuses et goûtues, grandit année après année. Je lui ai déposé cailloux, pierres et gravats au pied, car ils aiment ça!

15304116_10155832180069466_5536318992637862747_o
Le figuier qui a énormément grandi, est de plus en plus généreux.
kefir_rose
Le Kéfir que nous avons concocté avec les figues fraîches était absolument délicieux. Sa teinte rose-orangée confirme son goût très fruité!

Citronnier acheté courant de l’année (Juillet 2016), toujours chez Villaverde, mais pas en promotion cette fois-ci : 35€. Bon c’est assez cher mais cela faisait trop longtemps que nous en voulions un!!

15304272_10155830992859466_8473971894613371368_o
Mis en grand pot pour passer l’hiver à l’abri, en attendant sa vigueur d’adulte pour envisager une mise en terre judicieuse.
15369179_10155832222099466_7223681478497665509_o
Décembre : il a déjà bien poussé! (arrosé avec un engrais spécial agrumes…). Peut-être même un peu trop, une attaque de cochenilles blanches a commencé, élevées notamment par les fourmis… Nettoyage délicat et petite taille hivernale s’imposent.

Ayant tardé pour la taille, j’ai du lui mettre de sacrés coups de sécateur pour l’uniformiser un minimum et lui faire passer l’hiver sans qu’il s’épuise. Pour réduire les risques d’infection, j’ai « mastiqué » chaque plaie avec de la propolis brute, que nous avons au réfrigérateur depuis plusieurs années déjà…

Un Pêcher (pêches de vigne semble-t-il) qui nous a été gracieusement offert par Martine et Hervé (famille). Je l’ai installé à proximité des Orties, il paraît que le pêcher aime ça.

15272192_10155832241679466_4019556905971494596_o
Décembre : le petit pêcher s’est dénudé pour l’hiver… BRF et paillage épais devraient le protéger jusqu’au printemps. Les fruits? c’est pas pour tout de suite…

Un Cerisier (Napoléon), cadeau de Noël par Lydie (famille). Implémenté mi-Décembre dans une partie graveleuse du terrain. Les voisins ont à peu près tous un cerisier par-ci par-là, la fructification devrait donc pouvoir se faire. (Car si vous plantez un cerisier seul au milieu de nulle part, peu de chance qu’il fasse des fruits, ces arbres ont besoin de congénères à proximité, même s’ils ne sont pas de la même variété, pour fructifier correctement).

cerisierbutes_20170122
On peut observer la disparition d’une des allées en béton… mais je reviendrai là-dessus ultérieurement. ^^

Trois Pruniers, récupérés gratuitement ici et là. Variétés inconnues. Dans le pire des cas, ils me serviront d’entraînement au greffage (la greffe est une pratique que je souhaite maîtriser!).

artichautprunier_20170122
Si si, il y a un petit prunier camouflé derrière le pied d’artichaut… Admirons les cachettes à lézards sur la gauche (du gravat en vrac, oui oui^^), le tout au fond du jardin.
prunier-solo_20170122
Celui au tout départ du terrain, au Sud(Ouest), à proximité de l’allée principale en face de la véranda. Un peu isolé, mais à but « décoratif »…

Le dernier Prunier est entre le Sapin et le pied de Romarin, vers le milieu-fond du jardin.

Notre joli Avocatier n’a pas apprécié les gelées de cette fin d’année 2016/ début 2017… Espérons qu’il survivra l’hiver entier.

avocatier-gelees_20170122
Renforcement du paillage qui était déjà bien épais. Les jeunes feuilles qui étaient sorties à la fin de l’automne n’ont pas supporté les -6 et -8°c …

Constats et remarques :

  • Utilisation excessive en début de saison d’anti-limaces (c’était la dernière fois, désormais nous les ramassons à la main en les faisant s’abriter sous divers obstacles répandus dans le jardin : seaux et bacs retournés, tuiles…).
  • Énormes quantités d’eau utilisées durant l’été faute de couvertures de sol et de densité de plantations suffisantes.
  • Bouturages et marcottages en cours d’expérimentation.
  • Groseillier protégé par un filet contre les oiseaux, cette fois-ci, qui nous a enfin permis d’y goûter concrètement!
  • Récupération compliquée (pas de remorque… tout dans le coffre, en plusieurs fois… « Oh my car…! ») de branches/bois sur les bords de fleuve pour faire du Broyat. Dommage que le « bois flotté » ne soit pas l’idéal pour la décomposition…
  • Récupération gratuite de Broyat et de BRF* dans une décharge communale de déchets verts proche de la maison (bien entendu, cette découverte a eu lieu après l’utilisation intensive du broyeur…! Sinon ça n’aurait pas été drôle, voyons…). Par sacs de 20kg chargés dans le coffre de la voiture sur plusieurs voyages, « s’il vous plaît »!
  • Achat de paille de blé chez un agriculteur de la région pour couverture des plants et du sol, même pas bio… Cela dit, il me reste encore une quinzaine de bottes pour lesquels j’ai prévu une fonction très précise (à suivre pour 2017 !)

* Note sur la différence entre BRF (Bois Raméal Fragmenté) et Broyat :
Le BRF consiste à broyer les branchages annuels, qui contiennent un substrat générant plus efficacement de l’Humus à court-terme que le Broyat , qui lui regroupe tout types et restes de bois (sec, ancien, pourri…). Considérons donc que le Broyat est idéal pour un paillage à long-terme tandis que le BRF enrichit la terre plus rapidement pour les plantations à venir.
Dans les deux cas, il s’agit d’un apport de Carbone très important pour les cultures (car cela favorise les Mycéliums) et pour le rééquilibrage des terres tassées et/ou fatiguées.

15369020_10155832194799466_4226764409787446449_o
Prémices du retour de la bio-diversité dans le jardin, malgré nos actes d’empoisonnement honteux (anti-limaces).
15259577_10155832267979466_9146006997384347932_o
Vue (quasi)d’ensemble au mois de décembre : plantation de Petits-Pois, semis direct de Seigle (engrais vert) et plantation d’Épinards qui ont beaucoup de mal à pousser (plantés trop tard sûrement), Poireaux en croissance… La bâche noire est posée ainsi pour quelques mois, afin de stériliser et détruire les racines des mottes de pelouse sous l’effet de chaleur par ensoleillement. La parcelle sera « nettoyée » et « prête à l’emploi » au printemps. Paillage et recouvrements intensifs (Broyats, BRF, feuillages, paille) du maximum de surface possible.

Divers et en vrac :

bourrache_bouffee-20170122
J’avais lu : « la Bourrache repousse les limaces »… Alors soit c’est faux,soit c’est pas de la bourrache… ^^
veronique-citronnier_20170122
De la « Veronica Persica » qui pousse toute seule dans le pot du citronnier!! Wouah trop génial, excellent pour les pollinisateurs (petites fleurs) et en plus je crois que ça se mange! miam!
grelinette_20170107
La « Grelinette » ou « Bio’griffe », l’outil de base pour tout permaculteur qui se respecte : il sert à soulever/aérer la terre sans la retourner. Mais ça fonctionne aussi super bien pour le bêchage et le déracinage!

Projets/prévisions 2017 :

  • destruction d’une allée en béton sur les deux menant au garage (déjà fait au moment de la rédaction de ce billet rétrospectif *),
  • une serre à la place de la dépendance vétuste,
  • « designing » des parcelles à cultiver (chemins, disposition, allélopathie…)
  • densification et augmentation des variétés horticoles, notamment de plantes vivaces,
  • cultures en « lasagnes » à côté des buttes nouvellement installées,
  • mise en place d’un système d’arrosage d’appoint « automatique » et économique pour les saisons sèches,
  • attribution d’un petit carré de terre cultivable à notre fille de six ans,
  • Formation Horticole et Arboricole par adhésion à une association…

(*) Nous avons enfin pu briser l’une des allées en béton pour nous dégager une parcelle de culture supplémentaire. Sur cette parcelle je vais expérimenter la culture sur butes ainsi qu’une autre technique à mettre en place au printemps.
La location d’un marteau-piqueur à un particulier qui proposait un tarif honnête (30 € les deux jours) a été nécessaire, tandis que dans les boutiques professionnelles de location, il fallait compter au moins le double…

allee-nue_20170107
Plus qu’à « démotter » l’herbe entre les deux allées, retirer un maximum de grave de la terre nouvellement mise à nue et installer nos futures buttes…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s